Dahlia

espace annonceur
Se connecter à Fleurnews.net
Actualités Evénements Pratique Bouquets Nouveautés Agenda Tout le Mag Tout le Mag Tout le Mag Tout le Mag Tout le Mag Tout le Mag
par ordre alphabétique
- Accessoires (15)
- Aménagement (2)
- Approvisionnement (9)
- Artificiel (2)
- Avent (4)
- Événements (3)
- Bijoux (3)
- Bougies (3)
- Bouquets (145)
- Communication (1)
- Compositions (307)
- Concours (48)
- Conservateur (3)
- Contenants (13)
- Couleurs (1)
- Couronne (2)
- Décoration (28)
- Décors (44)
- Des hommes, des femmes, des sociétés (1)
- Deuil (7)
- Ecologie (6)
- Emballage (7)
- Exposition (5)
- Fabricants (1)
- Fêtes (2)
- Fiscal (3)
- Fleuristes (19)
- Fleurs (85)
- Fleurs sur Internet (1)
- Floralies (2)
- Formation (11)
- Franchise (10)
- Froid (1)
- Grossistes (5)
- Idées de composition (3)
- Internet (5)
- Interprofession (4)
- Jardinerie (4)
- Jardins (2)
- Juridique (19)
- Liens utiles (3)
- Livres (33)
- Magasins (14)
- Manifestations florales (12)
- Marchés (37)
- Mariage (44)
- Marketing (58)
- Merchandising (1)
- Mobilier (1)
- Mousse florale (1)
- Noël (61)
- Nouveau mot (1)
- OHF (1)
- Outils (1)
- Parole de fleur (2)
- Pays-Bas (10)
- Pâques (2)
- Plantes (120)
- Pour la boutique (1)
- Pratique (1)
- Présentation (1)
- Printemps (10)
- Producteurs (10)
- Profession (29)
- Saint-Valentin (20)
- Salons (48)
- Social (12)
- Sociétés (1)
- Statistiques (41)
- Tendances (36)
- TopLivres (3)
- Transmission (21)
- Végétaux (2)
- Villes (4)
  •   accueil > Pratique > Environnement > Fleurs séchées, stabilisées, préservées
  • Publié le 21.09.2020
    Fleurs séchées, stabilisées, préservées
    De vrais objets déco et fleuristes 
     

    Les fleuristes doivent retrouver le marché des fleurs et feuillages séchés, stabilisés, lyophilisés à condition de les considérer comme de vrais objets déco et d’y apporter leur "touche" de professionnels de la fleur. Nous vous proposons de mieux connaître ces végétaux, de partager les expériences de collègues et de découvrir de multiples bouquets et compositions réalisés par différents fleuristes, pour toutes les occasions.

     

    Cœur par Charline Pristcaloff pour le stand Smithers Oasis (Novafleur 2019)

    Les fleurs et végétaux séchés (voire stabilisés ou préservés) sont, depuis deux-trois ans, à nouveau dans la tendance. Les consommateurs sont très demandeurs, c’est ce qu’affirment les fleuristes (quelquefois) surpris). « Dès que nous proposons des créations en séché, elles partent comme des petits pains, affirment tous ceux que nous avons interrogés. Ainsi, certains recherchent des formations (il y en a quelques-unes, notamment celles organisées par JLF, Saint Barth Formation) pour pouvoir "travailler", ces végétaux, a priori plus fragiles que "les frais".
    Par contre, ceux qui les utilisent beaucoup et ont plein d’idées déplorent que dans les cash de leurs grossistes (français et européen), il y ait peu de choix, qu’ils soient mal présentés « 3 fleurs mises dans un vase n’importe comment », regrette une fleuriste. Il est vrai que dans l’ensemble les grossistes s’y sont mis depuis peu de temps.
    S’il y a un grossiste qui n’est pas concerné par ces remarques, c’est Le Comptoir à Rungis. Ils n’a jamais cessé d’en proposer avec une personne qui gère particulièrement ce rayon. Les fleuristes les connaissant savent que c’est une référence, le grossiste historique.
    Le Comptoir, en fait la démonstration, depuis plusieurs sessions, sur leur stand au salon Maison&Objet où l’on peut se rendre compte de l’importance de leur gamme, et lors des salons fleuristes. «  Disposés dans leurs contenants, ce sont de vrais objets déco, souligne Nicolas François, responsable du Comptoir, les fleuristes peuvent jouer cette carte, elle leur permet de vendre l’ensemble et en plus son client est très content. » Et Nicolas regrette que «  les cadors de la déco se sont emparés de ce marché, pour les magasins déco et de meuble, depuis plusieurs années. »
    Aurélie Ruetsch, fleuriste en Alsace et Championne de France 2019 confirme « Ce sont des réalisations florales faciles à réaliser par un fleuriste. Mais, il faut absolument qu’il se démarque bien avec des créations originales et « tendance » pour obliger les clients à pousser la porte de nos boutiques plutôt que de s’amuser à les faire soi-même en s’inspirant des tutos sur Internet. » Et il ne faut pas hésiter à les présenter en vitrine.

    Des avis de fleuristes

    Aurélie Ruetsch : il faut montrer ce que l'on sait faire

    Aurélie Ruetsch, fleuriste à Oberdorf (Haut-Rhin), championne de France 2020, formatrice, démonstratrice. « Pour décorer nos intérieurs, les fleurs séchées apportent une matière simple et efficace pour donner une touche bohême qui ne finit pas de séduire nos clients.
    Les végétaux séchés sont pratiques et peuvent être utilisés dans toutes les occasions pour décorer une maison, pour offrir, pour s’offrir. Ils peuvent être déclinés dans toutes sortes de réalisations : bouquets, compositions, « sous- cloche », cadres, suspensions ou guirlandes, couronnes de tête, accessoires de portes… Les bouquets peuvent être préparés à l’avance. Pour ma part, j’aime associer les végétaux et les matériaux. Dans mes compos, je mélange le séché et le lyophilisé avec beaucoup d’éléments naturels (bois, écorces, ficelles, glane…) Cela donne un aspect « nature « et proche du frais. Il y a deux ans, j’avais commencé timidement avec du stabilisé, du lyophilisé, mais devant la demande de mes clients, j’ai développé cette offre. Car comme on dit chez nous, en Alsace « Ce que tu n’as pas, tu ne peux pas le vendre. » Et il faut que les clients la voit bien, il ne faut pas qu’elle soit perdue au milieu du magasin, c’est la masse qui fait vendre."

    Adeline Cuvier : ne pas hésiter à mélanger le séché et le frais

    Adeline Cuvier : fleuriste, a travaillé dans une boutique, puis a créé son atelier floral, formatrice, démonstratrice.
    Les fleurs séchées sont la grande tendance depuis deux ans. Je les utilise surtout en collage pour des tableaux, des bijoux…
    Des clients ont souhaité qu’elles constituent la plus grande partie du fleurissement de leur mariage, dans des tons, jaunes, blanc, ocre, raphia. C’était la première fois. J’ai confectionné le bouquet de la mariée, décorer l’église...
    Dans cet exercice, j’ai mélangé les fleurs séchées avec des fleurs naturelles fraîches (petites roses branchues, gypsophiles blancs, graminées …) pour réduire les coûts. N’utiliser que des végétaux séchés serait revenu trop cher. Actuellement, je fais des formations "séchés" pour JLF St. Barth Formation pour des fleuristes qui ont envie de se mettre à la tendance et de connaître de nouvelles structures qu’ils pourront aussi utiliser pour le frais.

    Les grossistes

    Le Comptoir (auparavant, les fleurs séchées étaient vendues par la société Fleurassistance, qui appartient au même groupe) est le grossiste historique et de références pour les fleurs séchées ou autres végétaux séchés, stabilisés, préservés, il en vend depuis au moins une quarantaine d’années, et a toujours eu les conditions de stockage pour. « C’est vrai que l’on a toujours proposé à nos clients des fleurs et autres végétaux séchés ou stabilisés, mais au fil du temps et de la demande, notre offre a évolué. Par exemple, nous ne proposons plus les bouquets d’immortelles tout assemblés. Nous vendons du vrac à la boîte. Nos produits les plus vendus sont le blé et les lagurus. Les clients préfèrent ce qui est naturel, ce qui vient de nos contrées alors que dans les années 90, il y avait une offre importante de végétaux, fruits exotiques (tranche d’oranges séchées, fleurs de lotus…) Les fleurs peuvent, a priori, paraître chères. Il ne faut pas oublier que ce sont souvent des fleurs de plein champ, cueillies à la main (comme celles qui sont vendues fraîches) puis séchées.
    Au Comptoir, nous vendons des végétaux blanchis puis teintés et nous faisons très attention à ce que les produits utilisés pour cela ne soient pas toxiques, ils seraient interdits à la vente. »

    SecondFlor est un importateur (voire producteur), grossiste qui est arrivé sur le marché dans les années 2010. Il est complètement spécialisé dans végétaux stabilisés et préservés. La société en propose une gamme très large, venue de producteurs du monde entier, choisi pour la qualité et la spécificité de leurs produits. Ils sont identifiés par leurs marques (Verdissimo, Canopy…). SecondFlor est devenue le principal importateur en France et en Europe de ce type de végétaux. Il vend principalement par le biais de son site Internet et sur quelques salons. Il présente une large gamme de produits, fleurs, feuillages (généralement stabilisés) et des lichens, mousse… (lyophilisés). Les fondateurs de SecondFlor viennent de la déco et Mikaël Nicolas, un des responsables de SecondFlor, regrette que ce marché ne soit pas encore suffisamment exploité par les fleuristes, au profit des boutiques de déco.

    Précautions à prendre et avantages pour le fleuriste

    Pour le stockage
    - Ne pas stocker en milieu humide. Les végétaux s’abiment et moisissent ;
    - Attention aux souris qui adorent les graminées.
    - Ne pas acheter six mois d’un coup, pour éviter de stocker avec les différents risques - cf ci-dessus).

    Pour l’utilisation
    - Ne pas coller le stabilisé avec de la colle chaude.
    - Attention à la manipulation, ces végétaux peuvent être fragiles.

    Les avantages
    On peut
    - les utiliser facilement partout et pour tout.
    - les décliner dans tout type de créations
    - les préparer les bouquets à l’avance
    Ils ne fanent pas, pas besoin de recouper les tiges.
    Sont naturels et écologiques
    Peuvent être mélangés à des végétaux “frais”

    Recommandations pour le client
    Ne pas mettre les bouquets, compositions de séchés, stabilisés, dans un lieu humide, notamment une salle de bain.
    Les végétaux séchés sont fragiles.
    Ils peuvent être dépoussiérés avec un sèche-cheveux.

    Des idées
    - Bouquets de mariée, en collant des orchidées et des fleurs séchées (Jean-Luc Finck)
    - Faire des inclusions dans la résine
    - 3 bottes, 3 bocaux de belles fleurs ou graminées d’hauteurs différentes.

    Les origines des fleurs et végétaux séchés

    Les fleurs séchées viennent principalement de Hollande (graminées.), de France (de petits producteurs, par exemple dans la Creuse, ou des immortelles dans le Var (l’immortelle est une fleur de rivage), d’Italie, d’Espagne…. Tout ce qui est blanchi et teinté vient de l’Europe du Sud.
    Les végétaux teintés sont préalablement blanchis et la teinture est réputée non toxique. Elle peut s’atténuer à la lumière du jour.

    Les techniques de stabilisation et de préservation

    Stabilisation par double immersion (fleurs)
    Les fleurs ultra-fraîches sont plongées dans un premier bain (une solution d’alcool pur) pendant 24 h. le but est de déshydrater la fleur tout en conservant sa forme d’origine mais elle perd ses couleurs. Elle est ensuite plongée dans un second bain constitué d’alcool de polypropylène-glycol, de glycérine et de colorants alimentaires. La fleur est ainsi réhydratée et colorée aux couleurs souhaitées.
    Les têtes de fleurs sont stabilisées sans leur tige car ces dernières prendraient les couleurs de la fleur.

    Préservation par immersion (fleurs, mousse, lichen)
    La technique de préservation par immersion est pratiquée sur des végétaux séchés chauffés à + 40°C. La plante est plongée dans une solution de préservation à base de glycérine végétale, d’eau et de colorants alimentaires pour être réhydratée. La plante acquiert également une nouvelle souplesse et prend les couleurs souhaitées. Une fois sortis du bain les végétaux sont nettoyés puis séchés.
    Cette technique moins onéreuse est aussi moins fiable dans le temps que la stabilisation.
    Cependant pour les mousses, c’est la seule fiable et valable mais elle demande du temps de séchage, ce qui augmente les coûts de production.

    Préservation par pulvérisation (mousse)
    Même processus que la préservation par immersion, mais sur de la matière sèche.
    Il consiste à pulvériser, sur le végétal, une solution de préservation à base de glycérine végétale, d’eau et de colorants alimentaires afin de réhydrater en surface et obtenir la couleur souhaitée.
    Le temps de séchage est plus court que dans le cas de l’immersion. C’est donc moins onéreux et risquée que la précédente mais tout aussi peu fiable dans le temps.


     
    cliquez sur la vignette pour découvrir l'album
    l'album photos

    Colliers par Adeline Cuvier

    Couronnes, décors, tableaux...

    Couronnes, décors, tableaux... par Adeline Cuvelier

    Décors par Aurélien Guintoli

    Mariage par Adeline Cuvier

    Noël par différents créateurs

    Petits décors par Benoit Saint-Amand
    prolonger la lecture
    Le choix de la rédaction
    Voir tous les articles de la rubrique « Environnement »
    Voir toutes les photos
    Mots clés de l'article : Bouquets, Compositions, Tendances
     
    haut de page
    DHG
    LA LIBRAIRIE DE FLEURNEWS